Accueil > Activités > LA HALCIA MET EN DEMEURE PLUSIEURS AGENTS DE L’ETAT A REMBOURSER DES SALAIRES « TROP PRECU »

LA HALCIA MET EN DEMEURE PLUSIEURS AGENTS DE L’ETAT A REMBOURSER DES SALAIRES « TROP PRECU »

Tout est parti d’une dénonciation anonyme, relative à la gestion du personnel d’un Ministère, parvenue à la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), courant juin 2021.

Aussitôt saisi, le président de cette institution a instruit ses enquêteurs  de vérifier les allégations des dénonciateurs et le cas échéant, d’en situer les responsabilités.

 Selon les premières conclusions de l’enquête, une trentaine de fonctionnaires, dont certains en position de détachement, d’autres en position de disponibilité et d’autres encore en abandon de leurs postes d’affection continuent à bénéficier indûment de leurs salaires et ce, en complicité de certains responsables administratifs. C’est plus d’une vingtaine de fonctionnaires de ce Ministère qui sont impliqués dans cette forfaiture dont certains totalisent plus de 30 mois de salaires indus.

Le mode opératoire consiste à continuer à virer les salaires de ces  agents dans leurs comptes bancaires en violation flagrante des textes encadrant le détachement et la mise disponibilité des agents de l’Etat.

Certains parmi ces fonctionnaires, qui ont bien connaissance de la magouille, ont continuellement retiré leurs salaires versés dans leurs comptes bancaires par les agents du Ministère des Finances. D’autres, par contre, ont pris connaissance de ces versements lors de leur interpellation par la HALCIA.

Le montant de ces salaires (trop perçu) s’élèverait à une centaine de millions de francs CFA pour ce seul ministère. Les concernés ont été mis en demeure de rembourser au trésor national l’intégralité des salaires indûment perçus.

Un rapport suivra et d’ores et déjà, certains ont procédé au remboursement des sommes indues.

La HALCIA entend poursuivre ces enquêtes au niveau de tous les autres ministères pour s’assurer que les fonctionnaires mis à disposition, en détachements ou en abandon de postes ne grugent plus l’Etat.

Source : Département Communication HALCIA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *