Accueil > Activités > CLASSEMENT DE L’INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION (IPC) 2019 « REACTION DE LA HALCIA »

CLASSEMENT DE L’INDICE DE PERCEPTION DE LA CORRUPTION (IPC) 2019 « REACTION DE LA HALCIA »

Comme chaque année, Transparency International a publié, ce jeudi 23 janvier 2020, le rapport 2019 de l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) dans le monde. Cet indice a porté, cette année, sur l’analyse de la relation entre la politique, l’argent et la corruption, y compris l’impact des réglementations sur le financement des campagnes et la manière dont l’argent influence le pouvoir politique et les élections.

Pour l’année 2019, sur 180 pays et territoires classés, notre pays occupe la 120e place avec une note de 32 points sur 100. En Afrique, sur les 49 pays africains classés, nous occupons la 21e place.

Il faut rappeler qu’en 2018, le Niger a occupé le 114e rang sur 180 pays et territoires classés, avec une note de 34 points sur 100. Et en Afrique, le 20e rang sur 49 pays classés.

En comparant les deux classements de 2018 et 2019, notre pays a perdu deux (2) points et a reculé de six (6) places sur le plan mondial. Sur le plan Africain, le Niger a perdu une (1) place.

Selon Transparency International, la lutte contre la corruption a régressé de manière générale en 2019, à cause de la mauvaise gouvernance démocratique. En effet, selon le communiqué de presse de Transparency International, « plus des deux tiers des pays, ainsi que bon nombre des économies les plus avancées du monde, stagnent ou montrent des signes de recul dans leurs efforts de lutte contre la corruption, selon l’Indice de Perception de la Corruption (IPC) 2019 ».

Cette situation montre, qu’indépendamment de la prévention et de la répression qui constituent les activités des structures anti-corruption comme le HALCIA, la lutte contre la corruption dépend aussi de la bonne santé de la gouvernance démocratique. En effet, Selon Patricia Moreira, Directrice gGénérale de Transparency International « pour avoir une chance de mettre fin à la corruption et d’améliorer la vie des individus, nous devons nous attaquer à la relation entre la politique et l’argent. Tous les citoyens doivent être représentés dans la prise de décision. »

Selon Transparency International, pour mettre fin à la corruption et rétablir la confiance dans la politique, il est impératif d’empêcher les occasions de corruption politique et de promouvoir l’intégrité des systèmes politiques. C’est ainsi que dans ses recommandations, Transparency International lance un appel à tous les gouvernements de renforcer les freins et contrepoids, limiter l’influence de l’argent en politique et assurer une large contribution à la prise de décisions politiques.

A l’heure où notre pays s’achemine vers l’organisation des élections générales, la HALCIA appelle l’ensemble des parties prenantes à l’application de ces recommandations en vue de lutter efficacement contre la corruption et les infractions assimilées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *